Fédération Française de BaDminton
Badminton pour tous
Boutique en ligne

Inscription newsletter
04/11/18
Sensibiliser les clubs à l’inclusion des personnes en situation de handicap
En marge des championnats d’Europe de parabadminton, la FFBaD organisait vendredi soir un temps d’échanges à la salle de conférences des archives départementales de l’Aveyron, à Rodez. L’objectif ? Sensibiliser les clubs de badminton français à l’accueil des personnes en situation de handicap, et leur donner des clés pour y parvenir.
« Prouver que le badminton est accessible à tous, partout ». Tel était en substance le message politique que Florent Chayet, président de la fédération et Nathalie Huet, membre du CA et responsable de la commission Bad Pour Tous, souhaitaient faire passer au public venu assister vendredi au moment d’échanges consacré à l’inclusion du public handicapé dans les clubs de badminton français.

Après un mot introductif repositionnant l’action fédérale dans son contexte d’ouverture à tous les publics (badminton pour les séniors, badminton dans les quartiers de la politique de la ville, badminton en extérieur et badminton pour les personnes en situation de handicap), le Directeur Technique National Philippe Limouzin a lui aussi pris la parole, pour rappeler que le badminton pour tous, au-delà de l’enjeu sociétal auquel il répond, pouvait aussi être synonyme de haut niveau, comme en témoignent les athlètes français en situation de handicap venus nombreux pour affronter leurs adversaires aux championnats d’Europe. Il a également tenu à montrer la volonté de la fédération d’aller vers un badminton totalement inclusif, ne tenant plus compte des différences valides/non-valides, y compris dans les compétitions (ce qui est aujourd’hui rendu possible grâce aux rencontres Promobad).
Enfin, Gilles Castillon, membre du CA de la Ligue Occitanie, a rappelé l’historique de la Ligue en matière d’accueil des publics handicapés.

Témoignages et bonnes pratiques
Julia Santi, animatrice de la soirée, a ensuite donné la parole à deux grands témoins sur le sujet. Catherine Naudin, joueuse de parabadminton licenciée au club de Joué-Les-Tours (37), atteinte de sclérose en plaques, a d’abord pris la parole pour évoquer son parcours de vie. La joueuse a également précisé l’intérêt de la pratique du badminton pour elle, notamment en termes d’effets positifs sur la santé : amélioration du déplacement, de l’équilibre… et stabilisation de la maladie !
Philippe Molé, président du Badminton Club de St Herblain (44), a ensuite pris la parole pour expliquer à l’assistance la démarche de son club en matière d’inclusion : accueil de 7 joueurs et joueuses parabadminton au sein de la section, inclusion totale des joueurs handicapés dans les interclubs départementaux… Il a rappelé l’importance de la posture d’accueil dans les clubs, de la nécessité de lever les freins en interne, de sensibiliser les valides au handicap et de communiquer sur l’accessibilité de notre sport pour lever les barrières des publics. Philippe Molé a terminé par une anecdote marquante, expliquant que la pratique du badminton a sorti de l’isolement social une de ses licenciées qui, alors qu’elle était totalement repliée sur elle-même, a progressivement repris sa vie en main grâce au sport.

Un environnement de partenaires à solliciter
La dernière partie de la soirée était consacrée à une table-ronde, regroupant Brigitte Montero (référente handicap au sein de la DDCSPP de l’Aveyron), Willy Villerel (président du comité départemental handisport de l’Aveyron) et Philippe Solanet (responsable de la commission parabadminton à la Ligue Occitanie de badminton).
Les intervenants ont échangé sur l’environnement institutionnel autour des clubs de badminton, et sur l’importance de solliciter des partenaires pour construire des projets d’accueil au sein des clubs. Parmi les interlocuteurs privilégiés : les comités départementaux handisport et sport adapté, bien sûr, mais également les organes déconcentrés de l’Etat (DDCSPP/DRJSCS), qui sont à même d’apporter des outils aux clubs en matière de formation, d’emploi et d’accompagnement au développement de projet. Brigitte Montero a ainsi rappelé que les référents sport et handicaps des DDCSPP peuvent notamment être des facilitateurs de liens avec les partenaires locaux.
Il a également été rappelé que les corps médicaux (kiné, ergothérapeutes par exemple) pouvaient être sollicités par les clubs car au contact des publics en situation de handicap. Enfin, les établissements sociaux et médico-sociaux, certains dépendant d’associations nationales (APF France Handicap, UNAPEI, APAJH) peuvent également être des interlocuteurs pour sensibiliser les publics en situation de handicap à la pratique de notre discipline.

Si vous aussi, vous :
- développez déjà la pratique du badminton pour les personnes en situation de handicap
- avez un projet en ce sens
- voulez savoir quels sont les outils fédéraux pour vous accompagner
- désirez connaître les projets de la FFBaD en la matière

Prenez contact avec le secteur Bad Pour Tous à la FFBaD
Anthony Guidoux
01 49 21 09 45
anthony.guidoux@ffbad.org
aperçu du site