Fédération Française de BaDminton
Haut Niveau L'Equipe de France
Image Equipe

Boutique en ligne

Inscription newsletter
19/03/19
La nouvelle Fei du bad français
La Chinoise QI XueFei dite FeiFei est arrivée en France fin 2014 du coté de la Bretagne pour y jouer au bad et aussi y rencontrer l’amour. Mariée depuis quelques mois à Arthur, FeiFei est en passe de devenir Française. A la veille de jouer son premier tour aux Orléans Masters, le point sur son parcours.
Si on se rend sur le site de la fédération internationale à la rubrique classement, en catégorie simple dames, un drapeau tricolore attire notre œil à la 85ème place avec un nom pas encore connu QI Xue Fei. La BWF est allée un peu vite en besogne. Feifei n’est pas encore citoyenne française. Sa procédure de naturalisation est en cours et peut prendre du temps.

Née en Chine en février 1992, la joueuse a commencé le badminton très tôt. Intégrée dans un centre de formation, Feifei s’est rapidement lassée de sa routine d’entrainement quotidienne où elle ne disputait que très peu de compétitions. Un seul tournoi qui se jouait sur une semaine par an avec cependant des entrainements six jours sur sept. Après un séjour de 6 mois en Autriche, elle est revenue avec l’envie de découvrir l’Europe. Une bonne fée s’est penchée sur son berceau en la personne de PI Hongyan. Avec 3 participations aux JO à son actif, la Française d’origine chinoise a fait l’intermédiaire entre le club de Rostrenen et Feifei.

Son arrivée en Bretagne, dans cette petite commune de 3000 habitants, s’est très bien passée. Feifei a parfaitement réussi son intégration en étant très vite une adepte des crêpes et du beurre salé. Elle y a même trouvé l’amour avec Arthur SIBERIL son coéquipier et fils du président du club. Elle a surtout saisi cette occasion pour s’éloigner un peu des courts de bad pour s’inscrire à la fac en LEA Anglais/Chinois et surtout pour suivre des cours de Français. Son centre de formation en Chine n’a pas vu d’un bon œil cet « exil ». Toujours sous contrat, elle a dû attendre 2017 pour se remettre à jouer sérieusement après avoir été libérée par la BCA. Avec ce retour sur les compétitions internationales, XueFei a surtout connu un autre bonheur celui de se marier à la fin de l’année 2018. Un bonheur qui coïncide avec son arrivée à l’INSEP où elle s’entraîne dorénavant avec les meilleures françaises. Très patiente dans l’échange, Feifei compense son manque de puissance par une qualité de pieds et une capacité à se déplacer très vite. Sa marge de progression est indéniable.

Pour l’instant, elle ne peut pas encore jouer avec le maillot tricolore. Mais une fois son passeport français en poche, XueFei pourra penser aux JO. Le conte de Fei est en marche.
aperçu du site