Fédération Française de BaDminton
18/10/12
Emplois d’avenir : c’est parti !
Le projet de loi créant les emplois d’avenir a été définitivement adopté dans la nuit du 9 octobre 2012.
Premier volet de la politique gouvernementale de lutte contre le chômage, le dispositif vise l’insertion dans l’emploi et l’accès à la qualification de jeunes âgés de 16 à 25 ans, « soit sans qualification, soit peu qualifiés et rencontrant des difficultés particulières d’accès à l’emploi ».

L'objectif est de favoriser l’insertion de ces jeunes et de créer des emplois dans des secteurs d’activités « présentant un caractère d’utilité sociale ». Principal employeur de l’économie sociale, le mouvement associatif prendra une part active dans l’effort de solidarité nationale destiné à favoriser l’accès à l’emploi d’une jeunesse fortement touchée par le chômage et les conséquences de la crise. Toutefois, cela ne pourra se faire sans prendre en compte les spécificités des secteurs d’activité et les besoins des employeurs associatifs.

Plusieurs aspects du texte finalement adopté doivent encore être précisés. Notamment deux éléments :

- Les conditions de l’accompagnement et la formation des jeunes supposent des moyens humains et financiers que bon nombres d’employeurs associatifs ne peuvent mobiliser dans un contexte de très forte contrainte économique. Le financement des actions de formation prévues devra faire l’objet d’un abondement supplémentaire, clairement identifié. Concomitamment, une aide relative à la mise en place du tutorat se révèle indispensable.

- L’accompagnement des employeurs, qui sont appelés à s’engager sur la pérennisation des activités sera une clef du succès. Il devra être organisé en amont, pendant et en sortie de l’emploi d’avenir.

Par ailleurs, au-delà de la concertation annuelle prévue par le texte, au sein des comités de coordination régionale de l’emploi et de la formation professionnelle, associant les missions locales et les chambres régionales de l’économie sociale et solidaire, les acteurs associatifs devront être associés à l’indispensable évaluation du dispositif.

De plus, les emplois d’avenir permettront une réelle insertion dans l’emploi et non une simple baisse conjoncturelle du chômage des jeunes, si et seulement si, le développement de l’emploi associatif fait l’objet d’une réflexion plus large avec les pouvoirs publics, au-delà de la seule question des emplois d’avenir.

Pour en savoir plus, cliquez ici.
aperçu du site