Fédération Française de BaDminton
Accueil
Image Equipe


Prévention Violence
 
 
Boutique en ligne

 

13/05/2022
Thomas & Uber Cup : Le débrief de la direction de la performance
Les Championnats du Monde par équipe masculine et féminine sont terminés pour les Bleu.e.s. Pour leur première compétition ensemble à la tête des équipes de France, le tandem Thierry SOLER et Fernando RIVAS dresse un bilan réaliste de cette compétition et fait le point sur les changements à opérer pour atteindre le top niveau mondial !
Thierry SOLER (directeur de la performance sportive) et Fernando RIVAS (responsable seniors), en poste depuis mars dernier, ont vécu leur premier événement de référence de l’intérieur. Les deux équipes de France n’ont pas passé l’obstacle des phases de poule mais le duo a observé, échangé. Depuis leur hôtel de Bangkok, ils nous font le point sur ce qui a fonctionné, les points forts, les points à travailler pour rejoindre le Danemark, seule nation européenne à se qualifier en quarts chez les garçons et chez les filles.


LE BILAN

Fernando RIVAS : « Je souhaite tirer un bilan juste et lucide par rapport à la compétition. Cela me donne une idée plus précise de ce qui s’est passé en France avant. Je repars de Bangkok avec des pistes de travail. Chez les garçons, nous avions annoncé vouloir faire une revue d’effectif pour 2024/2028. Cela a été le cas et c’est le point positif. Tous ont été dans des situations d’opposition avec des top joueurs donc c’est très intéressant pour la suite. Chez les filles, on part d’un peu plus loin. Elles ont prouvé dans les catégories jeunes qu’elles pouvaient gagner. Elles possèdent toutes la bonne boîte à outils mais le stress, le manque de confiance en soi font qu’elle la referme. Emilie (DROUIN) a été pour moi la surprise de ce tournoi. Elle a du caractère. Sur le court, elle se transforme. Elle n’a pas toutes les armes techniques/tactiques mais elle ne se pose pas de question, elle fonce. »

 

CE QU’IL FAUT RETENIR DE CETTE EDITION 2022

Fernando RIVAS : « Pour les prochains événements, nous devons revoir notre préparation avec un vrai travail de cohésion avec une stratégie de résultats notamment chez les hommes pour pouvoir viser une qualification en quart. La Thomas & Uber Cup ou la Sudirman sont des évènements où l’appartenance au drapeau doit être forte. Les compétitions par équipe doivent servir au développement des résultats individuels. »

Thierry SOLER : « Chez les hommes, on doit trouver la clé pour répondre à la question « Comment on reproduit, tous les jours, la performance de battre un Top 5 ? ». Pour aller chercher des médailles européennes, puis mondiales ou olympiques, la régularité est primordiale. C’est un long chemin que l’on souhaite démarrer avec ce groupe. Cette compétition nous a servi à identifier nos manques. On devra être encore plus exigeant et créatif dans ce qu’on doit mettre en place au quotidien lors des séquences d’entrainement de nos structures fédérales et privées. »

LES AXES DE TRAVAIL POUR LES MOIS A VENIR

Fernando RIVAS : « Pour développer cette cohésion, des stages plus réguliers vont être organisés. On doit créer une dynamique collective. Il faut insuffler un esprit « Team France ». On monte au ranking mondial, on a groupe jeune, il faut surfer sur cette dynamique. On va aussi travailler et mettre en place une stratégie autour des filles. Il faut un travail individuel avec les joueuses mais aussi leur encadrement pour une prise de conscience de leurs forces et de leurs atouts pour suivre le chemin vers la haute-performance. Nos filles ont du potentiel, il faut que l’on réussisse à mener un véritable travail d’identification pour lever les freins. La méthodologie doit être différente chez les femmes et les hommes. »

Thierry SOLER : « On a rencontré le directeur de la performance et les entraîneurs de simple et de double de la Malaisie ici. On est en très bonne voie pour mettre en place un partenariat avec la fédération malaisienne pour que l’on puisse utiliser leur centre national lorsque nous sommes en Asie et inversement pour eux quand ils sont en Europe avec l’INSEP. Cet accord nous permettra d’avoir des partenaires d’entraînement de très haut-niveau. Cette volonté commune pour collaborer pourrait débuter dès la tournée Indonésie / Malaisie en juin prochain. »

 

Fernando RIVAS : « Cette collaboration avec la fédération malaisienne permettra aussi un échange entre les entraîneurs et cela servira à nourrir le système français. Cette stratégie bénéficiera à l’ensemble du groupe France. C’est déjà un peu le cas, cette semaine, Alex LANIER s’est entrainé avec LEE Zii Jia, n°6 mondial. »
aperçu du site