Fédération Française de BaDminton
Accueil
Image Equipe


Prévention Violence
 
 
Boutique en ligne

 

28/10/2021
Les Français peuvent être fiers de leur tournoi !
La marche a encore été un peu trop haute. Elle est restée plus ou moins haute selon les représentants français, mais l’impression globale laissée est que le badminton tricolore progresse. Alors, malgré les défaites du jour, plongeons-nous dans le détail de ces confrontations avec des joueurs asiatiques du gotha mondial.
Déception pour le double homme français.

Premier match de cette journée de huitièmes de finale, les frères Christo et Toma Junior POPOV (n°38) sont acclamés par un public peu nombreux face à Fajar ALFIAN et Muhammad Rian ARDIANTO (n°7, Indonésie). Les premiers points se jouent dans un silence total, seul le bruit des volants frappés et smashés fendent cette atmosphère sous tension. L’entrée des autres matchs détendra quelques peu l’ambiance dans Coubertin. Les frères talonnent les têtes de série numéro 3, maintiennent la pression en restant proches au score. Ils ne se laissent pas faire et les échanges durent. Malgré tout à l’arrêt de jeu les Indonésiens mènent 11 à 7. Christo trouve quelques solutions pour redémarrer le score des français. Mais cela ne suffit pas, Fajar ALFIAN et Muhammad Rian ARDIANTO enchaînent les points jusqu’à 16 à 8. L’Indonésie l’emporte finalement 21 à 12.

Au redémarrage, cela se complique pour les fosséens, Fajar ALFIAN et Muhammad Rian ARDIANTO trouvent leur rythme de croisière, et mènent 5 à 0. Quelques loupés indonésiens permettent d’espérer. A l’arrêt de jeu, alors que mené 11 à 3, Coubertin s’anime : « POPOV POPOV POPOV ». Les frères trouvent quelques solutions et arrivent à remonter à 11 à 18. Puis se relancent avec un 13/19, jouent avec le feu avec un 14/20, puis 15/20. Coubertin espère. Mais le set part aux Indonésiens, trop forts pour les sudistes, score final 21 à 15.
« Il nous manque du jeu mi court au filet. On manque aussi d’automatisme, on a des difficultés à se trouver sur le terrain » Toma Junior POPOV.

« On peut mieux jouer. Il y a un peu de stress et on arrive pas trop à se libérer, à être plus confiant, plus en sécurité. Après ils ont été bon tout du long, ils nous ont dominé pendant 70/80% du match, ils méritent la victoire. A côté ça montre aussi qu’on a le niveau sur quelques points de pouvoir les titiller et même voir de les battre. Si on garde cette intensité sur tout un match, c’est possible de battre une paire comme ça.

On aurait aimé passer un tour de plus pour faire un autre match, mais ce sera peut-être pour l’année prochaine… » Christo POPOV.


Thomas Rouxel manque de peu les quarts de finale !


On se pose la question, à l’entrée des joueurs sur le court, de savoir si Thomas Rouxel va pouvoir renouveler sa performance du tour précédent contre un adversaire d’un calibre à celui du tour précédent, le hong-kongais Cheuk Yiu LEE (n°17, Taïpei).
Le début de set est très équilibré et est ponctué de nombreux points gagnants. Les deux joueurs sont mobiles et aériens, adroits dans leurs amorties. Thomas Rouxel se montre combattant et arrache une série de points qui lui permettent de basculer en tête à 11/8 à la pause. Il fait preuve de précision dans ses amorties qui surprennent l’adversaire. Ensuite, la tendance s’inverse et les changements tactiques opérés par Cheuk Yiu LEE lui permettent d’aligner à son tour une série de points et de se détacher 17/12.
Thomas ROUXEL retrouve alors sa sérénité et ses amorties magnifiquement masquées pour surprendre l’adversaire. Il s’envole pour conclure d’un smash gagnant d’autres points et revient à hauteur : 17 / 17. La fin de set s’annonce tendue mais est finalement sans suspens. Le chinois de Taïpei manœuvre bien et conclut 21 / 17.
Dans le second set, Cheuk Yiu LEE fait la course en tête : plus patient dans les échanges, il manœuvre bien le joueur français qui alterne les erreurs et les points gagnants. Thomas ROUXEL s’accroche, fait le spectacle et reçoit en retour du public de véritables ovations. Mais cela ne change pas suffisamment le scénario du set : 11/6 puis 14/8 et 16/10. Thomas ROUXEL qui confirmera ensuite « se sentir détendu et jouer galvanisé quand (il) évolue à Coubertin » s’accroche et continue d’offrir un spectacle incroyable au public comme ce point interminable de 10/14 conclut d’une magnifique amortie le long de la ligne ! La messe semble dite, mais encore une fois le français revient doucement à hauteur et soulève l’espoir dans le public qui se met à croire à un retournement de situation. Le joueur de Taïpei douche encore une fois les espoirs et conclut 21/17 ce second set.

Le public a vibré grâce à Thomas Rouxel qui manque les 1er quarts de finale de sa carrière dans un tournoi 750 BWF de peu : il a semblé lui manquer un peu de l’influx nerveux laissé sur le court lors du 1er tour afin de pouvoir garder « la patience nécessaire contre ce type d’adversaire ». Malgré le sentiment de « déception », le joueur français est très lucide sur sa performance et préfère « prendre le positif ». « Cela se joue à pas grand-chose contre un adversaire habitué à ce niveau de tournoi et plus expérimenté sur ces compétitions. Cela se joue à quelques erreurs de longueur, aujourd’hui j’ai un peu manqué de précision en longueur, quelques lobs trop courts, de petits mauvais choix ». Il reviendra volontiers car « il aime communier avec le public de Coubertin. »


Un Brice Leverdez de gala met le feu à Coubertin !


Il a brillé devant son public et face au numéro 4 mondial !!!! Brice Leverdez a montré en ce huitième de finale contre Tien Chen CHOU tout le talent qui est le sien et qui fait sa longévité au plus haut niveau.

Le début de 1er set est un peu joué dans la retenue de part et d’autre, mais très vite les échanges s’allongent, le jeu court succède aux coups puissants. 6/6. On sent les 2 joueurs très concentrés et dans l’attitude du français la détermination à bien jouer devant le public de Coubertin. On le sent aussi légèrement stressé, ce qui permet à Tien Chen CHOU de rester au contact car le français fait les points et les erreurs. Le chinois de Taïpei renforce sa défense et finit par emporter le set 21/16, non sans que le français n’ait soulevé les VIVA du public, déjà bouillant !

Le second set est du même acabit que le 1er : comme le confirmera ensuite Brice LEVERDEZ, « les 2 joueurs ont parfois connus des petits trous dans le jeu, mais à ce niveau d’intensité, cela est parfaitement normal, on ne peut pas tout le temps être à 100% ! ». Et en effet, dans ce second set la qualité du jeu et du spectacle produit par les 2 adversaires est encore supérieure à celle du 1er : défenses magiques dans le dos, jeu au sol et avec le filet, smashs claqués et qui résonnent dans la salle font s’exclamer le public de Coubertin très bruyant et complètement derrière le local de la rencontre.
Et le score a lui tenu la salle en haleine, la tension étant maximale presque pendant tout le set : le français fait craquer la défense adverse et l’emporte 21 / 17, de manière méritée tant il a bien contrôlé le jeu dans ce set et fait le show.

On pensait crucial le démarrage du dernier set, mais le scénario allait sensiblement être le même que dans le second. Les joueurs produisaient toujours un spectacle de grande qualité et le combat restait d’une grande intensité. Tout s’est joué sur des détails pendant tout le match. 11/11 à la pause. Puis le Français se détachait et faisait à nouveau céder son adversaire qui commettait deux erreurs grossières consécutivement. 17/13 en faveur du français. Tien Chen CHOU semblait toucher, mais de manière surprenante produisit un effort qui lui permettait de recoller : 17 partout. Le Français continua de jouer offensivement, de prendre des risques pour mener 19/17. A cet instant, toute la salle est derrière lui et espère l’EXPLOIT ! Seul Tien Chen CHOU ne désarme pas, et comme en fin de premier set, revient et conclut la manche. Quelle immense déception ressent la salle pour son favori !

Le joueur français ressent plutôt de « la tristesse que de la déception ! J’avais vraiment envie de rejouer devant le public ! ». Mais il se montre satisfait « d’avoir fait un gros match, d’avoir tout donné. » Il continue : « C’est dommage, à la fin je mène, mais je n’arrive pas à conclure. Mais il a très bien serré le jeu à la fin. C’était un niveau de jeu très élevé, il y a eu beaucoup de beaux points pour le public, j’en ai rarement fait autant ici à Coubertin ! J’ai pris énormément de plaisir, franchement, avec le public, c’était génial ! C’est pour ça que je suis vraiment triste de ne pas rejouer plus tard. »
Et nous tous avec !


Dès demain, suivez les rencontres en Direct sur les sites suivants Live Yonex IFB (cours 1, 2, 4) ou Live L’Équipe (cours 3),

Retrouvez la programmation des matchs ici


aperçu du site