Fédération Française de BaDminton
Accueil
Image Equipe

Boutique en ligne

Inscription newsletter
07/06/2013
Souhait d'une naturalisation rapide
La Fédération Française de Badminton souhaite une rapide naturalisation de Sashina et Teshana VIGNES-WARAN.
Sashina et Teshana Vignes-Waran sont deux jeunes femmes arrivées très jeunes en France il y a une dizaine d'années.
Leur projet de formation et d'éducation très fortement soutenu par toute leur famille les a amenées à s'intégrer particulièrement bien dans la société française. C'est donc tout naturellement qu'elles ont engagé une procédure de demande de naturalisation. Cette procédure engagée depuis plusieurs mois devait arriver à son terme fin avril début mai.

Aujourd'hui, il n'en est rien.
La FFBaD en prend acte et ne pourra engager ces deux jeunes femmes ni aux prochains Jeux Méditerranéens, ni aux prochaines Universiades et vraisemblablement pas non plus au prochain Championnat du Monde.

Le président de la FFBad, Richard Remaud, regrette les délais administratifs supplémentaires qui semblent ralentir la naturalisation de Sashina et Teshana Vignes-Waran. : "Je sais combien la Ministre des sports, de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative, Valérie Fourneyron, est à mes côtés afin de faire aboutir ce dossier. Il semble cependant qu'un citoyen français ait émis un doute sur la véracité de l'attachement de ces jeunes filles à leur pays d'adoption ce qui pourrait avoir déclenché une nouvelle procédure auprès d'un tribunal administratif", a-t-il précisé.

"J'ai toute confiance en la justice administrative sur cette affaire et espère que cette procédure pourra aboutir rapidement. Sashina et Teshana ont déjà apporté beaucoup au badminton français et je sais pouvoir compter sur elles car elles s'inscrivent résolument dans une logique de partage et de progression commune avec les autres jeunes badistes françaises. Depuis le temps qu'elles partagent le quotidien de notre société, elles ne se sentent aujourd'hui plus malaisiennes et malheureusement, elles ne sont pas encore françaises. J'espère que la France saura reconnaitre qu'elles méritent leur place dans notre belle nation".
aperçu du site